Addiction aux écrans : êtes-vous accro ?

Avoir accès à Internet dans toutes les situations et à n’importe quel moment de la journée a fait naître une toute nouvelle forme de dépendance. L’addiction aux écrans (ou cyberdépendance) concerne autant les jeux vidéos que les réseaux sociaux et autant les smartphones que les ordinateurs. Elle expose les adolescents et inquiète les parents mais touche aussi les adultes. Attention, passer plusieurs heures par jour à consulter ses réseaux sociaux ou jouer une heure chaque soir n’est pas forcément le signe d’une dépendance. Celle-ci est réelle lorsque l’individu perd le contrôle, souffre de son addiction et/ou fait souffrir son entourage. Pour guérir d’une addiction aux écrans, il ne suffit pas simplement d’éteindre son portable. Vous pensez être addict ? Si vous vous retrouvez dans au moins deux des paragraphes suivants, n’hésitez pas à en parler autour de vous et à consulter un addictologue.

Votre connexion Internet a planté : c’est la panique à bord ! 

Vous êtes à la maison, en train de surfer sur Internet et votre box plante. Au bout de 10 minutes, rien ne change et vous commencez à vous énerver. Vous avez l’impression de perdre un temps fou et sentez viscéralement que vous DEVEZ vous reconnecter « au monde ».

Vous êtes obligé(e) de patienter mais c’est un véritable supplice. Vous n’avez pas non plus envie d’en profiter pour faire une autre activité. Le besoin de se connecter vire à l’obsession. 

Bien que fréquent chez la jeune génération, ce comportement est un des premiers signes de la dépendance. On dépend littéralement d’Internet (cyberdépendance) puisqu’on se sent perdu et vide quand on n’est pas connecté. Un sevrage tranché et radical (passer plusieurs jours sans écran) permet bien souvent de régler le problème.  

Soirée entre amis : vous ne pouvez pas vous empêcher de surfer/jouer

La conversation va bon train, vous passez un bon moment avec des amis que vous appréciez et pourtant… Vous ne résistez pas à l’envie de prendre votre téléphone pour jouer à un jeu, consulter vos messages ou faire de la veille sur vos réseaux sociaux.

Votre écran vous happe littéralement et le monde entier s’arrête de tourner. Vous vous isolez de la conversation et n’arrivez à suivre que par bribes. Dans le fond, vous avez envie de profiter de la soirée avec vos amis mais c’est plus fort que vous.

C’est un réflexe dont vous avez du mal à vous débarrasser. Vos amis vous font d’ailleurs souvent remarquer ce comportement et vous êtes mal à la l’aise avec la situation. 

Là encore, il faut prendre l’habitude de laisser son téléphone dans son manteau ou son sac dès le début de la soirée.

L’idée ? Eloigner l’objet de toutes les tentations pour ne prendre aucun risque. 

Vous passez plus de temps sur vos écrans qu’avec vos proches 

Dans une journée, les écrans prennent largement le pas sur votre vie sociale. En dehors du travail qui vous impose peut-être de travailler sur écran, vous passez aussi énormément de temps connecté.

Parfois, vous préférez d’ailleurs rester seul(e) chez vous à jouer/surfer et n’avez pas envie de sortir avec des amis.

Les écrans occupent votre esprit à un tel point que prendre l’air ou faire une activité sans Internet vous semble cruellement ennuyeux.

Voir vos proches vous semble contraignant et vous n’attendez qu’une chose : les quitter pour aller vous réfugier derrière un écran et reprendre vos activités en ligne. 

Dans ce cas, l’addict aux écrans s’isole du monde extérieur et la dépendance s’installe dangereusement.

Il peut être utile de prendre rendez-vous avec un addictologue pour faire un point. Les professionnels de l’addiction sont aujourd’hui formés pour répondre à ces nouveaux besoins.     

Vous ne pouvez pas vous mettre au lit sans écran

Après une longue journée de travail, vous vous mettez enfin au lit. Votre réflexe avant de dormir ? Prendre votre smartphone ou votre ordinateur et surfer jusqu’à pas d’heure.

Vous avez de bonnes intentions (pas plus de 10 minutes et on éteint).

En réalité, vous n’arrivez plus à vous arrêter et la séance se prolonge souvent jusque tard dans la nuit. 

Autre problème au moment d’éteindre ? Votre cerveau hyper sollicité n’arrive plus à trouver le calme et vous mettez un temps fou à vous endormir. 

Seule solution : remplacer votre écran par un bon livre (ou un magazine que vous aimez).

Vous pouvez bien sûr consulter vos messages avant de vous coucher mais interdisez-vous de prendre votre portable dans le lit avec vous.   

Vous vous connectez à vos réseaux sociaux au moins 1 fois par heure

… et parfois bien plus souvent ! C’est devenu un réflexe que vous contrôlez à peine.

Vous ne pouvez pas vous empêcher d’actualiser vos pages, ne manquez aucune notification et suivez de près l’actualité de vos amis.

Mais également de personnes que vous ne connaissez pas. 

Vous avez besoin d’interagir régulièrement avec la communauté connectée.

Vous vous sentez bien seul(e) lorsque rien ne se passe et que personne ne vous parle. 

Au travail, dans un café, dans les transports, en marchant dans la rue et même dans la salle d’attente de votre dentiste, vous profitez du moindre temps libre pour vous connecter et vous tenir au courant.

Pour lutter contre ce genre de dépendance, il faut réapprendre à s’ennuyer ! Souvent, on oublie de profiter des temps morts pour se retrouver en tête à tête avec soi-même.

Les smartphones perturbent fortement ces précieux moments et nous empêchent de nous recentrer sur l’essentiel. 

Vous déverrouillez parfois votre portable sans objectif précis

Dès que votre esprit divague et n’est plus occupé, vous vous installez devant votre ordinateur pour surfer ou saisissez votre portable sans objectif précis.

Vous ne vous connectez pas pour faire quelque chose en particulier (recherche, jeu, lecture, échange avec des amis…) mais simplement pour divertir votre esprit et ne pas le laisser vagabonder. 

Comme dans l’exemple précèdent, il s’agit ici d’un besoin constant de s’occuper et d’une peur viscérale de l’ennui.

La société hyper connectée dans laquelle nous évoluons ne nous apprend plus, depuis longtemps déjà, à nous creuser l’esprit pour trouver une saine occupation. 

Au lieu de sortir faire un tour, de cuisiner quelque chose pour le faire partager, de lire quelques pages d’un livre ou de nous activer pour faire avancer nos projets, nous fonçons la tête la première derrière nos écrans.  

Vos proches vous disent souvent que vous êtes accro aux écrans

Si plusieurs personnes vous ont déjà fait remarquer que vous étiez trop souvent derrière un écran ou si une personne vous le reproche souvent, c’est peut-être le signe d’une addiction. 

Vos proches vous voient faire depuis longtemps et s’inquiètent pour vous. Ils voient bien que votre comportement est excessif et espèrent provoquer un indispensable déclic. Avec certains d’entre eux, c’est même un sujet de discorde et de tensions. 

A ce stade, votre dépendance est sans doute déjà bien ancrée. Vous savez que quelque chose cloche et que vos rapports avec votre entourage en pâtissent, mais c’est plus fort que vous.  

Vous pouvez supprimer radicalement les écrans de votre vie et vous y tenir, mais l’accompagnement d’un addictologue sera le bienvenue. Sans soutien, la rechute est plus fréquente.

Il est temps de se déconnecter pour enfin ouvrir les yeux sur le monde qui nous entoure…

Alexia

Alexia

Laissez un commentaire