Bonnes résolutions, challenges de rentrée : que faut-il en penser ?

A la sortie des fêtes, vous avez sans doute entendu parler du « dry january », un challenge qui consiste à ne pas boire d’alcool pendant tout un mois. Dès qu’on passe à l’année suivante, les bonnes résolutions et défis en tout genre ont le vent en poupe. Pour de nombreuses personnes, c’est l’heure du bilan ! On fait le point sur ses réussites et ses échecs et on se fixe des objectifs à atteindre pour l’année qui arrive. Les bonnes résolutions ? Elles vont du simple changement d’habitude au virage à 180° qui bouleverse tout le quotidien. Qu’on se le dise : les bonnes résolutions sont une tradition intéressante mais elles n’ont d’intérêt que si elles aboutissent. Petits pas ou grands changements, on vous donne les clés pour bien commencer l’année… 

Des engagements trop exigeants vis à vis de soi-même ? 

L’origine du concept même de « bonne résolution » reste floue. Certains prétendent qu’elles sont une initiative de nos ancêtres les Romains.

Ils consacraient tout leur mois de janvier à Janus, le dieu des choix, des commencements et des fins.

Culturellement parlant, janvier est l’occasion de commencer l’année en ayant appris de ses erreurs et en tendant vers une amélioration de soi.

Souvent, les bonnes résolutions et challenges du début d’année sont très exigeants, voire radicaux.

Nombreuses sont les personnes à clamer haut et fort : « c’est décidé, j’arrête : l’alcool, la cigarette, les jeux vidéos, le sucre, le gras, les réseaux sociaux, le café…. ».

On veut profiter du changement d’année pour recommencer à zéro, quitte à prendre des décisions peu réalistes.

Résultat : certains choix font très vite naître la frustration et sont très difficiles à tenir.

D’autres peuvent mettre en danger sur plusieurs plans : santé, finances, vie de famille, couple…

Imaginez un escalier duquel vous aimeriez descendre… Si vous avancez marche après marche, palier après palier, vous êtes sûr d’atteindre votre objectif sans encombre.

Si, au contraire, vous vous jetez dans le vide sans regarder où vous mettez les pieds, vous risquez de très mal vous réceptionner. 

Moralité ? Au lieu d’avoir les yeux plus gros que le ventre, l’idéal consiste à se fixer des objectifs modérés et atteignables. 

Plus dans l’instant, moins dans l’après

Les défis de nouvelle année et bonnes résolutions ont un inconvénient : ils projettent dans l’avenir, alors même que l’année commence à peine.

Ne faudrait-il pas prendre une seule et unique bonne résolution : celle de vivre dans l’instant présent au lieu de toujours vouloir penser à demain ?

Autre petit hic ? Se fixer un objectif à atteindre sur l’année, c’est aussi une manière de se déculpabiliser… de procrastiner !

Quand on remet toujours à demain ce qu’on devrait faire aujourd’hui, on n’avance pas. 

Ainsi, on se donne le même rendez-vous au mois de janvier, en se disant qu’on a tout de même 365 jours (366 en 2020) pour atteindre nos objectifs.

S’autoriser une fenêtre si large n’est-il pas la porte ouverte aux projets remis au lendemain ?

Ne devrait-on pas, au lieu de nous engager pour 2020, agir, là, maintenant, tout de suite ?   

Pour passer à l’action, encore faut-il être réellement motivé par cet engagement pris vis à vis de soi-même.

Globalement, les décisions motivées par autre chose que par soi (faire plaisir à quelqu’un, plaire aux autres, être aimé, respecté…) sont aussi les plus dures à tenir.

Se lancer des défis et s’ouvrir à de nouvelles expériences ? On dit oui !

A chaque début d’année, rien ne nous empêche de bousculer notre quotidien en nous ouvrant à de nouvelles expériences. Les challenges sont aussi l’occasion d’en apprendre plus sur soi, de tester ses propres limites et de se découvrir des affinités.

Là encore, on évitera de tomber dans l’excès en choisissant des challenges ludiques qui ne mettent pas en danger.

L’idéal ? Se lancer des défis qui permettent de s’ouvrir à soi mais aussi aux autres.

Les challenges entre amis, entre collègues, en couple ou en famille sont par exemple l’occasion de créer du lien et de se rapprocher.

Conclusion ? Ne tergiversez pas : agissez !

Alexia

Alexia

Laissez un commentaire