Décodage biologique : quand maux physiques et psychiques vont de pair

En matière de santé, l’approche holistique considère le corps et l’esprit comme un tout que l’on ne peut désolidariser. La santé ne peut donc pas être optimale sans équilibre physique et psycho-émotionnel. Quand le corps parle par l’intermédiaire des symptômes et de la maladie, il le ferait aussi pour exprimer et extérioriser un certain mal-être. Ainsi, en décodage biologique, on dit par exemple que la peur d’être jugée et la peur du monde extérieur non exprimées donnent lieu à des problèmes de dos. Bien que controversée, cette approche alternative donne d’assez bons résultats sur les maladies chroniques et provoquent de vraies prises de conscience chez certaines personnes… 

Un lien entre physiologie et émotions

Le décodage biologique est une approche récente. En 1979, le médecin Ryke Hamer perd tragiquement son fils de 19 ans et développe rapidement un cancer des testicules.

Il ne peut se résoudre à croire que cette maladie de la sphère reproductrice est le fruit du hasard et reste persuadé qu’elle est liée à la perte de son fils. Selon lui, cette prise de conscience l’aidera à guérir naturellement de son cancer.

Ses nombreuses recherches et études le mettront face à ce qu’il estime évident : il y a un vrai lien entre les chocs émotionnels, les organes et les maladies. 

En décodage biologique, on considère qu’un problème émotionnel sans solution sera exprimé tôt ou tard par le corps. Les organes et zones touchés (tête, peau, dos, poumons, système digestif ou reproductif,…) seraient donc directement liés à telle ou telle émotion.

Le décodage biologique consiste alors à se poser les bonnes questions et surtout, à trouver LA réponse biologique à un problème. On parle alors d’origine émotionnelle de la maladie.

Besoins non satisfaits : quand le corps parle

Les personnes qui pratiquent le décodage biologique analysent autant le physique, le psychique et le comportement de l’individu. Le plus souvent, ces questionnements permettent de se rendre compte que certains besoins secondaires ne sont pas satisfaits.

Si la personne mange, boit, dort et a un toit sur la tête, elle a aussi d’autres besoins très importants à combler. Elle peut par exemple manquer d’amour, manquer de contact physique et/ou social, ne pas se sentir en sécurité, ne pas avoir confiance, ne pas réussir à trouver sa place, etc.

En découlent des émotions négatives qui s’installent et envahissent l’être, au point d’impacter son quotidien et sa santé. Le corps, par instinct de survie, parle pour appeler à l’aide, se manifeste au travers de symptômes divers et variés. C’est une réponse biologique. On dit par exemple que les brûlures d’estomac peuvent exprimer une émotion non digérée.

Petits maux du quotidien décodés

En matière de décodage biologique, des hypothèses ont été faites autour de certaines pathologiques/troubles courants. Même si intéressantes, elles n’ont aucun fondement scientifique et ne se substituent pas à un avis/suivi médical. 

Les maux de tête plus ou moins intenses seraient la réponse biologique à une saturation mentale ou émotionnelle. Ils s’exprimeraient aussi pour étouffer une émotion, une frustration. Le corps dit stop et se manifeste par la douleur.

Concernant les maux de dos, et en particulier le bas du dos et le haut de la cuisse, le décodage biologique fait référence à la peur (de perdre sa liberté) et à la retenue. La partie haute du dos serait quant à elle liée à l’insécurité affective.

De son côté, l’hyperthyroïdie provoque une accélération du métabolisme. Biodécodée, on dit qu’elle manifeste le besoin d’accélérer de l’individu ou de fuir une situation. 

Enfin, les problèmes de peau sont aussi très souvent analysés en décodage biologique. La peau protège des agressions et permet de communiquer par le toucher et les sensations. Les troubles cutanés exprimeraient donc un problème qui nous relie au monde extérieur et à l’autre. Le manque d’amour et de contact physique pourrait donc, si l’on en croit le biodécodage, expliquer l’acné ou l’eczéma.

Et vous, que pensez-vous de cette approche corps-esprit ?

Gaelle

Gaelle

Laissez un commentaire