Equilibre émotionnel et surmenage : et si on prenait le temps de s’ennuyer ?

Les magazines spécialisés et les professionnels du développement personnel en ont parlé tout l’été : il faut absolument réapprendre à s’ennuyer ! Nous pensons à tort que profiter de la vie à 100% passe forcément par un emploi du temps surchargé. Il faut bien admettre que la société du divertissement dans laquelle nous vivons ne nous facilite pas la tâche. Pour être heureux, il faudrait ne jamais s’ennuyer, ne jamais être seul, avoir une vie professionnelle trépidante et une vie sociale extrêmement riche. A tenter l’expérience, on se rend vite compte que ce modèle n’est pas tenable sur le long terme… Vivre à 100 à l’heure, sans temps morts, est la porte ouverte au surmenage !

Un agenda bien rempli… mais à quel prix ? 

La société de consommation, l’engouement pour la vie urbaine et le numérique ont littéralement bouleversé nos modes de vie.

Du matin au soir, nous baignons dans un monde ou l’hyper-divertissement est roi et l’hyper-stimulation est reine.

La multiplication des loisirs, le web, les smartphones et les réseaux sociaux nous donnent l’opportunité de remplir le vide et d’occuper notre esprit H24.

A cette addiction s’ajoute un quotidien professionnel soumis au stress, une précarité des contrats et une course effrénée à la performance.

Parce que les responsabilités familiales et professionnelles ne laissent plus beaucoup de place aux loisirs, le moindre temps mort est comblé par du divertissement.

S’il est évident que certains loisirs permettent de se « vider la tête », ils ne feront pas leur job si le quotidien n’est pas ponctué d’indispensables moments… d’ennui ! 

Dans un tel contexte, difficile de trouver du vrai temps pour soi et chacun attend les prochains congés (jusqu’à compter les jours !) pour enfin prendre le temps de ne rien faire du tout.

Seul hic ? Le stress s’accumule et finit par devenir chronique.

Surmenage : repérer ses symptômes 

Le surmenage a plusieurs visages ! On le retrouve dans la vie professionnelle (burn out) comme dans la vie personnelle.

Il se manifeste lorsqu’un rythme de vie trop intense épuise l’énergie vitale et met l’organisme comme le mental dans un état de stress chronique. 

Ses symptômes ne sont pas si évidents à repérer, surtout au début ! En effet, un emploi du temps surchargé et de lourdes responsabilités sollicitent en permanence le système nerveux.

Les premières semaines/premiers mois, l’individu se sent en pleine forme. L’adrénaline et cet état de tension nerveuse constante incitent l’organisme à « tout donner » face à cette situation de crise.

Ce mécanisme instinctif de survie n’a cependant pas été pensé pour s’activer sur le long terme, mais pour réagir à un danger ponctuel. 

Sur la durée, le corps lâche et les signes physiques se multiplient : fatigue, vertiges, insomnies, perte d’appétit ou boulimie, douleurs (migraines, maux de tête, douleurs musculaires, lombaires), infections ORL à répétition, troubles digestifs divers et variés.

Côté psycho-émotionnel, on note une grande irritabilité, avec des phases de grande euphorie ou d’abattement et une certaine fragilité émotionnelle.

Les troubles de la concentration et de la mémoire sont aussi des signaux d’alerte. 

Quand ne rien faire est bon pour le moral et le mental

Vous ne serez certainement pas surpris de l’apprendre, mais l’hyper-stimulation nuit au bien-être et à la santé. D’ailleurs, des études ont prouvé que les gens étaient plus créatifs et concentrés après une période « d’ennui ». 

Il est essentiel de s’accorder du temps pour ne rien faire du tout ! Ces phases permettent à l’esprit de vagabonder et d’aller chercher de nouvelles ressources dans le subconscient. 

Prendre le temps de s’ennuyer permet ainsi de se reconnecter avec son instinct et sa spontanéité. Conclusion ? En s’ennuyant, on y voit plus clair ! 

Bien sûr, ne rien faire du tout est reposant, tant pour le corps que pour l’esprit.

Il n’y a rien d’autre à faire que contempler un paysage et papoter avec soi. S’il est bien pratiqué, l’ennui peut même être une forme de méditation !

Et vous ? Avez-vous pris le temps de vous ennuyer aujourd’hui ?

Alexia

Alexia

Laissez un commentaire