Pollution du quotidien : nos astuces pour l’éviter

Aussi surprenant que cela puisse paraître, l’air intérieur est 8 fois plus pollué que l’air extérieur ! Même en milieu urbain, les particules en suspension sont balayées par le vent, ce qui n’est pas le cas dans nos intérieurs. Seul hic ? Entre le bureau et la maison, nous y passons plus de 20h par jour… Au problème de la pollution aérienne s’ajoute celui des substances toxiques présentes dans l’alimentation, les médicaments, les produits d’entretien, d’hygiène et de soin. Fragilisé, l’organisme reçoit quotidiennement une trop forte quantité de polluants. Bonne nouvelle : il existe des solutions !  Faisons le tour des astuces qui permettent de se libérer de la pollution du quotidien, pour notre santé et celle de la planète.

Alimentation : cap sur la bio ?

Cela fait déjà plusieurs années que les médias se sont emparés du sujet, et ce n’est certainement pas un hasard. Les aliments que nous consommons, les frais comme les transformés, sont une menace pour la santé publique. Pesticides, antibiotiques, colorants, additifs et conservateurs en tout genre ont subtilement intégré la chaîne alimentaire. Les nombreux contrôles effectués révèlent souvent que l’industrie agro-alimentaire ne se prive pas de dépasser les seuils légaux autorisés. 

Face à ce constat généralisé, comment faire pour ne pas ingérer toute une armée de polluants à chaque repas ? Les normes de l’agriculture biologique française et européenne sont assez strictes en la matière et limitent la présence de polluants dans les aliments. Manger bio, local et de saison est une vraie solution pour prendre soin de sa santé et de celle de l’environnement.

Bien sûr, le risque 0 n’existe pas. L’environnement est à ce point contaminé que certains aliments bio contiennent des pesticides, en quantité cependant inférieure à ceux issus de l’agriculture conventionnelle.

Passer au bio exige quelques réajustements. Pour ne pas y laisser un bras, il faut s’orienter vers des produits bruts (donc moins chers) et réapprendre à les cuisiner. 

Il est aussi possible d’adhérer à une AMAP pour profiter d’un panier bio varié et hebdomadaire à prix doux, d’aller directement à la ferme pour limiter les intermédiaires ou même de faire les fins de marché. 

Des produits d’entretien qui décapent…la santé !

Vinaigre blanc, bicarbonate de soude, citron, huile d’olive… Ces quatre ingrédients sont la clé d’un ménage sain, efficace et sans impact néfaste sur l’environnement.

A grand renfort de campagnes publicitaires bien rodées, la société de consommation nous a vendu des produits ultra décapants, détartrants, assainissants et surtout… ultra chimiques !

La promesse ? Une maison aseptisée débarrassée de toute trace de vie (les bactéries sont à l’origine de la vie, ne l’oublions pas).

Le résultat ? Une maison dans laquelle volent de fines particules toxiques pour la santé et l’environnement. Ces produits contiennent bien souvent des composés organiques volatils, des perturbateurs endocriniens, voire des biocides pour les anti-acariens.

Ce cocktail explosif est irritant pour la sphère respiratoire et la peau. Si on ne connaît pas encore son impact sur la santé sur le long terme, il est évident que cela ne présage rien de bon.

Hygiène et cosmétique : tout miser sur le naturel

Dans la catégorie polluants du quotidien, on néglige souvent l’impact des produits d’hygiène et de soin. Pourtant, il suffit de lire la liste d’ingrédients d’un gel douche ou d’un shampoing vendus en grande surface pour se faire peur.

Parfums de synthèse, colorants et perturbateurs endocriniens n’ont rien à faire sur la peau. Cette dernière joue son rôle de barrière jusqu’à un certain point.

Le décapage des douches régulières ne lui permet pas toujours d’empêcher les substances toxiques de pénétrer dans l’organisme.

Côté cosmétique, les crèmes ont justement été pensées pour pénétrer et « nourrir » la peau…

Comme pour le ménage, les produits sains et naturels sont de loin les moins toxiques et les plus efficaces. En plus, ils permettent de réaliser de belles économies !

Vous pouvez évidement utiliser l’huile de coco pure pour votre peau et vos cheveux, mais aussi d’autres huiles végétales, du bicarbonate, de l’argile et certaines huiles essentielles.

Et les médicaments ? 

La pollution liée aux médicaments est double : les molécules toxiques qu’ils contiennent polluent d’abord l’organisme, puis des résidus se retrouvent dans les urines et polluent ensuite les eaux. 

Issus de la chimie, les médicaments de synthèse n’ont pas été inventés pour guérir, mais pour supprimer les symptômes et augmenter l’espérance de vie. Aujourd’hui, on vit donc plus longtemps, mais on ne vit pas plus longtemps en meilleure santé.

L’organisme perçoit les molécules chimiques des médicaments comme des substances toxiques qu’il doit à tout prix éliminer. La prise régulière de médicaments permet de soulager les symptômes, mais elle empoisonne aussi le corps et l’épuise.

Bien sûr, l’industrie pharmaceutique est une réponse immédiate et efficace à un certain nombre de troubles mais l’idéal consiste à s’en passer dès que cela est possible. 

Prendre des médicaments pour dormir n’est par exemple pas une vraie solution. D’autres astuces (plantes, méditation, suivi psychologique, arrêt des écrans avant le coucher, etc.) permettent bien souvent de se passer de cette pollution chimique inutile.

Alors, prêts à dépolluer votre quotidien ?

Alexia

Alexia

Laissez un commentaire