Symbolique des rêves : apprenez à les décoder !

Certains s’en souviennent dans les moindres détails, d’autres n’en gardent qu’une vague impression agréable ou pénible… Les rêves occupent et distraient nos nuits. Ils sont, dit-on souvent, le langage de l’âme. Très présente dans la mythologie égyptienne, l’interprétation des rêves a pris une toute nouvelle dimension grâce au travail acharné de Freud et ses confrères psychanalystes. Depuis, la symbolique des rêves (dans ses grandes lignes) est devenue accessible, intéressant de plus en plus les principaux concernés : les rêveurs !  Grands symboles et interprétations… Partons à la découverte du très mystérieux langage des rêves. Pour nous guider, nous nous appuierons sur les connaissances du Dr André Passebecq, docteur en médecine et fondateur de l’École de naturopathie, hygiène vitale et psychologie.

Une manifestation du subconscient, sans filtre ! 

Selon Freud, le rêve, ses situations et objets sont les symboles de l’inconscient. Il utilisait notamment l’interprétation des rêves pour explorer l’inconscient de ses patients.

Il recherchait ce qui pouvait être à l’origine de certains états et névroses. 

Les psychanalystes considèrent bien souvent que le rêve est le moyen le plus puissant qu’a trouvé l’inconscient pour s’exprimer.

Dans ses symboles, il cacherait en effet quelque chose que le rêveur refuse de voir et d’admettre. 

On parle de « traduction » de l’inconscient, qui tente par ce moyen de ramener au conscient des choses qui ne le sont pas.

Seul le fait de dormir à un stade de sommeil paradoxal permet cet état de relâchement pendant lequel les vérités inconscientes essayent de se frayer un chemin jusqu’à la surface. 

Dans son ouvrage « psychothérapie par les méthodes naturelles », André Passebeck insiste bien sur le fait qu’aucun rêve n’est absurde.

Ce qui ne nous semble pas cohérent, voire franchement décousu, est un mélange entre l’inconscient actuel/factuel (choses sans grande importance qui se sont produites le jour même ou la veille) et l’inconscient profond (aspirations, désirs, besoins instinctifs, etc.).   

Petit tour des grandes représentations symboliques 

Quand il s’agit de comprendre les rêves, il n’y a pas de meilleur outil que la symbolique. En repensant à certains rêves le matin, vous vous demandez peut-être pourquoi vous avez rêvé de ça en particulier.

Depuis la fin du XIXème siècle, les psychanalystes tentent d’établir une grande symbolique des rêves en s’appuyant sur des liens faits entre tous les cas étudiés. Voici un extrait du fruit de leur travail :

  • Les parents : la mer, la source, le lac, l’eau, la terre et la nature font souvent référence à la mère et au rapport à l’enfance (protection). Le feu, la foudre, l’air, le vent, le soleil, le ciel et la lumière symbolisent la toute puissance du père (autorité) 
  • Le masculin : les armes, les outils, le feu, le ciel, le soleil, le lion, le dragon, les oiseaux et le serpent sont, pour l’inconscient, le symbole de la masculinité. 
  • Le féminin : la lune, la terre, l’eau sous toutes ses formes, la vache, la sorcière, la baleine, le bateau et l’araignée peuvent faire référence à la féminité. 
  • L’animal : monter à cheval serait en lien avec la libido (possession sexuelle). Dans l’inconscient, les rongeurs feraient quant à eux références à des problèmes cachés, voire à des troubles d’ordre sexuel. Les animaux sont souvent en lien avec la sexualité et l’instinct.
  • La mort : dans le rêve, la mort n’a pas une symbolique aussi terre à terre que dans la vie. Elle fait référence à la transformation, au changement. Perdre un proche dans un rêve signifie souvent que l’on veut inconsciemment prendre ses distances par rapport à lui, ou que l’on veut se détacher d’une dépendance. 
  • Les situations anxiogènes : Etre perdu dans un endroit inquiétant : anxiété, indécision, peur de ne pas « trouver son chemin ». Etre nu(e) devant les autres ou être dans une situation vécue comme humiliante : complexe d’infériorité, honte, mal-être social. Perdre ses dents : peur de changer, de vieillir, de perdre son statut.

Interprétation : à chaque rêveur sa personnalité 

Existe-t-il une méthode pour interpréter son rêve ? Il est bien sûr impossible de faire des généralités.

Chaque interprétation doit aller au-delà des grands symboles et d’abord tenir compte du profil du rêveur. Cela passe par l’âge, le sexe, l’état psycho-émotionnel, la vie passée, la vie actuelle, le tempérament, les relations à l’enfance, le rapport aux instincts, les tendances, aspirations etc.).  

Deuxième étape ? Le rappel. Il s’agit ici de noter son rêve par écrit dès le réveil. C’est à ce moment-là que les souvenirs sont les plus précis.

Personnages, visages, mouvements, animaux, fruits, plantes… Toutes les informations sont utiles !

Il arrive aussi que des détails du rêve surgissent plus tard dans la matinée/journée. Il faut aussi les noter.

Enfin, les rêves laissent toujours une impression (agréable, euphorique, angoissante, fatiguant, triste,…). Cette impression doit aussi être mise à l’écrit. 

Etape 3 : le temps des associations ! En s’aidant de la symbolique des rêves et en réfléchissant à son vécu, il est possible de faire des associations d’idées.

Rêver de manquer un train peut par exemple faire référence à une angoisse de l’échec. Voir partir un proche dans ce train peut être lié à la peur de la perte affective.

A l’inverse, rêver de manquer le train et rester sur le quai avec un proche peut signifier avoir peur d’échouer à deux, avoir peur d’entraîner l’autre avec soi ou simplement avoir besoin d’un soutien dans une situation angoissante. 

Pas de panique, l’interprétation des rêves est souvent chaotique les premières fois. Il ne faut pas hésiter à renouveler régulièrement l’expérience. Avec l’habitude, on arrive même à faire des ponts entre certains rêves !

Bonne nuit !

Alexia

Alexia

Laissez un commentaire