A la découverte de la médecine intégrative

La médecine conventionnelle – et son approche symptomatique – n’a plus trop le vent en poupe. On lui reproche de soulager ponctuellement sans soigner, de traiter à grand renfort de médicaments de synthèse sans chercher la vraie cause du problème. Ce ras le bol général a fait naître de nombreuses vocations dans l’univers des médecines alternatives/naturelles/non conventionnelles/complémentaires. A cheval entre les deux, le médecin intégratif a décidé d’exercer son art selon une approche globale. Pour soigner durablement, il tient compte de l’hygiène de vie de son patient et lui propose de combiner plusieurs thérapies, tant conventionnelles qu’alternatives. Lumière sur ce que l’on appelle « la médecine de demain »…

Intégrer le global pour soigner en local 

Le terme est un peu barbare, mais la médecine intégrative a une approche dite pluridisciplinaire.

Selon la pathologie à traiter, le médecin propose à son patient de combiner plusieurs thérapies pour ainsi mettre toutes les chances de son côté.

Mais son rôle ne consiste pas uniquement à élaborer une liste de soins alternatifs ou non.

Avant d’en arriver là, il prend le temps de connaître son patient, et notamment ses habitudes de vie.

Sa mission sera aussi de chercher à comprendre l’origine de la pathologie pour mieux la traiter. 

Cette dimension globale (l’individu) et non locale (le symptôme localisé) tient compte de l’humain et permet bien souvent de mettre le doigt sur les mauvaises habitudes (alimentation, sédentarité, stress, sommeil…) qui pourraient expliquer le problème ou l’accentuer. 

Le médecin intégratif prend bien soin de créer un lien de confiance avec son patient. Cette relation privilégiée fait partie intégrante de la démarche et de la thérapie.  

 

Quand la médecine allopathique rencontre la médecine alternative 

La médecine intégrative n’est pas considérée comme une médecine naturelle puisqu’elle intègre aussi les médicaments de synthèse.

En revanche, elle choisit aussi de ne les utiliser qu’en dernier recours, lorsque la médecine naturelle ne suffit pas. 

Le médecin intégratif part du principe que la médecine allopathique est bien plus efficace lorsqu’elle est combinée aux thérapies non conventionnelles.

D’ailleurs, les doses qu’il prescrit en allopathique sont souvent bien plus faibles que via un médecin conventionnel. 

Parmi les approches naturelles et alternatives privilégiées, on retrouve l’ostéopathie, l’acupuncture, le shiatsu, l’aromathérapie, l’hypnose, la phytothérapie ou encore le yoga.

Quand l’alimentation est en cause, le médecin peut aussi conseiller à son patient de consulter un diététicien.  

 

Des thérapies 100% validées scientifiquement 

Le médecin intégratif est un médecin diplômé. Les thérapies complémentaires qu’il conseille à ses patients ne sont pas choisies au hasard.

Il veille à ce qu’elles soient toutes prouvées scientifiquement et se documente régulièrement.

Attention, la médecine intégrative n’est pas du tout fermée à l’approche dite psycho-somatique et à l’effet placebo qu’elle considère sérieusement comme étant un réel facteur de guérison.

Là encore, la médecine intégrative prend en compte l’aspect humain et personnel. Chaque individu se distingue par une relation à son corps et à sa santé qui lui est propre.

Et vous, votre thérapie ?

Alexia

Alexia

Laissez un commentaire